Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Radio Royans 93 Mhz ecouter Le Direct

Actuellement à l'antenne

De l'autre coté de la musique

Crossroads 2eme lun. Ouvert la Nuit 4ème lun.

de 22h à 23h

Plumes de brigands

Le rendez-vous littérature jeunesse

Plumes de brigands, émission littéraire sur Radio Royans Lisa bienvenu sur Radio Royans patrice Gaelle à la technique sur Radio Royans

Présenté par Lisa Bienvenu et Patrice Gilman
Gaëlle à la technique

 
Radio Royans

 mardi 7h45 - mercredi à 10h30 -hebdomadaire-

site Plumes de brigands emission

Plumes de brigands 120

arton327 25c1e Si les pommes avaient des dents

Auteur : Milton et Shirley Glaser - éditions Helium  -2017 - (réédition Hélium 2013)

Milton et Shirley Glaser doivent aimer les pommes... Si ma grand-mère avait des roues, ce serait un autobus... ça vous échappe ? Vous ne le concevez pas ? Allez-y quand même, ça n’a aucun sens et risque de vous tomber des mains, tant pis, vous aurez essayé. ça vous intrigue, vous imaginez votre grand-mère transformée en autobus ? Un peu comme le Chatbus de Totoro ?

 

 

 

vous pourrez rire à tout moment, même si vous ne comprenez pas la blague, le jeu de mot, de sens, d’image... Vous pourrez au moins briller en société.

Si les pommes avaient des dents est un imagier subtil et déglingué qui s’échappe et glisse, un condensé de surprises dont il ne faut pas chercher le sens profond, surtout pas. Gardez l’esprit superficiel, c’est plus sûr.

C’est un livre d’images humoristiques qui surfent sur plusieurs formes d’esprit : l’absurde, le "nonsense", le second degré... Et, qui plus est, c’est un livre américain, écrit et dessiné dans les années 60 par Milton Glaser, graphiste et typographe, célèbre inventeur entre autres du "i Love NY", un amoureux du psychédélisme.

C’est dire si l’écart entre cet homme, cette femme, leur travail et ce qu’on imagine d’un livre pour enfants est grand ! Et pourtant, c’est drôle, et pourtant avec des "Si" tout est possible (même une grand-mère en autobus) ! Si ! Mais oui, tout est possible !

Lisa Bienvenu

 

  

 

comment faire garder ses parents Comment faire garder ses parents

Auteure : Carole Fives ; illustratrice : Séverine Assous  éditions Hélium - 2017

 

C’est l’histoire de la rentrée des classes. Les enfants reprennent donc le chemin de l’école, se pose alors la question de la garde de leurs parents.

 

 

Dans ce livre, les parents sont habillés comme des grands et les petits sont toujours petits. Seules les situations ont été complètement inversées, ce qui est particulièrement cocasse. Un papa porte un costume, un biberon et son doudou, un autre se fait prendre en photo par sa petite fille, la bouche maculée d’épinards ou.. bon de purée verte. Oui, c’est ridicule. Une maman se maquille dans une poussette, poussée par son petit garçon qui, pour rassurer ses parents leur dit "Oh mais c’est formidable, l’école, moi, à ton âge, j’adorais ça !" Oui, c’est ridicule aussi, vous en conviendrez.

Les illustrations très "mode" de Séverine Assous représentent des situations parfaitement quotidienne pour des parents de jeunes enfants. On rit de notre ridicule, et on sait que les enfants rient aussi de voir leurs parents avoir des comportements d’enfants insupportables. ça permet à tout le monde de prendre un peu de distance avec soi-même.

Séverine Assous dessine aussi pour la presse, essentiellement féminine, si mes sources sont exactes. On retrouve cette patte-là, très "tendance-moderne" qui véhicule en général une image de la femme, du couple, de la vie de famille, à l’opposé de ces scènes quotidiennes, désagréables et donc passées sous silence. Surtout aujourd’hui où tout doit toujours être parfait. Le décalage n’en est que plus délicieux pour les parents...

Une bonne tranche de rigolade en perspective !

 

 Lisa Bienvenu

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 118

bon voyage bébé Bon voyage bébé !

Auteur : Beatrice Alemagna - éditions Helium  -2016 - (réédition Hélium 2013)

Ce bébé ne se soucie pas du temps, il joue avec ses cubes. C’est pourtant l’heure, un grand adulte est là, sur le bord de la page pour lui faire comprendre, doucement. Une montre pointe le bout de son aiguille sur le bras.

 

 

 

...les lecteurs, petits et grands en même temps. Il a intériorisé le rituel qu’il aime tant et est si important pour toute la famille, alors il a à cœur de partager avec nous sa préparation.

Sur les pages blanches et cartonnées, tout est un peu éparpillé, pas très bien rangé, mais ce bébé s’y retrouve facilement et sait ce dont il a besoin pour son voyage. Il prépare son essentiel tout seul. Les adultes redeviennent présents et grands ensuite, quand il s’agit de changer la couche, mettre le pyjama et installer confortablement le bébé dans son lit.

Beatrice Alemagna joue merveilleusement avec la taille et les perspectives des personnages et objets dans ces pages pas bien grandes pour subtilement faire sentir aux touts-petits et aux plus grands l’importance de chacun dans ce moment clé et parfois si délicat qu’est le coucher des bébés.

Quand un tout petit fait tout seul, les adultes se rangent et observent. Et puis vient le temps où les grands s’occupent des petits : où les petits sont des tout-petits et où les grands sont des très grands.

Lisa Bienvenu

 

  

 

le rendez vous Le rendez-vous

Auteure : Julie Colombet éditions Seuil jeunesse - 2017

 

Au début, il fait toujours très jour, évidemment, sinon, on ne verrait rien. "Lapinou est assis sur un gros caillou." Bon, il attend, alors Ecureuil se joint à lui pour attendre aussi. Rouge-gorge ? Pareil pour l’oiseau, il attend aussi... et ça continue ainsi, jusqu’à la nuit. Progressivement, les pages se remplissent d’animaux, le jour baisse et le marchand de sable arrive enfin... ouf, on est bien.

 

 

...les yeux et la bouche sont parfois de travers quand une petite râlerie surgit, les yeux semblent de plus en plus endormis. Au fil des pages, le grain du papier devient plus épais.

Le rendez-vous est une forme, réduite à l’essentiel, du conte-randonnée. Cette manière très visuelle et rythmée de raconter une histoire est drôlement efficace et séduisante. On s’installe dans un tempo, on a la structure en nous, presque de manière innée ou transmise par les comptines et chansonnettes qu’on entend depuis tout bébé et même avant, et on reste ainsi attentif aux petits détails qui changent, qui sont bien amusants.

Ensuite, hop, au lit, avec une petite lumière, toute jolie.

 

 Lisa Bienvenu

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 117

lotte fille pirate Lotte fille pirate

Auteure : Sandrine Bonini ; illustratrice : Audrey Spiry - éditions Sarbacane- 2014

Flamboyant !

Lotte est une fille pirate, une vraie, pas une qui rigole. Elle vit dans la jungle, dans sa cabane avec Igor, son toucan, offert par son père. Ses parents habitent la ferme à côté. Dans la jungle, pas de voisins, pas de copains, mais de toute façon pas besoin. Et surtout, pas envie. Jusqu’à ce jour où son père lui annonce la nouvelle : une autre famille va venir s’installer. Et ça c’est inadmissible. Lotte est très en colère, elle s’exile définitivement. 

 

 

 

le tempérament de feu et les émotions très vives de Lotte se reflètent dans les illustrations absolument somptueuses (on est d’accord, on n’est pas obligé d’aimer, sauf que là, quand même !) : un festival de couleurs très chaudes, une jungle en perpétuel mouvement, une cabane de bric et de broc, mais surtout de rêve (un empilement de matelas moelleux, hmmm), des animaux, des insectes, une accumulation de grandes et minuscules choses précieuses… une fillette qui n’a besoin de rien sauf de son imagination débordante. Le rêve ! Tous ces mélanges sont à la fois extrêmement réjouissants et angoissants, on sent le bouillonnement, l’instinct, l’irrésistible soif de liberté dont on a tous besoin pour exister vraiment ! Je n’oublie pas de parler de la tendresse rassurante, du regard toujours discrètement présent des parents. Et la fin de l’histoire est tout simplement très belle.

 

 

 

Lisa Bienvenu

 

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 116

pat garrett La ballade de Pat Garrett et Billy the Kid

Auteur : Taï-Marc Le Thanh ; illustrateur : Loustal - éditions Seuil jeunesse- 2008

Une histoire dans le genre western, c’est drôle et triste. Il y a du déterminisme, voire de la fatalité. Il y a de la violence et de l’injustice. 

 

 

 

Et puis il y a de l’amitié, très forte qui va bien au-delà de ce qui se dit.

C’est l’histoire de La Ballade de Patt Garrett et Billy the Kid.

Et on est dans l’ambiance...Taï-Marc Le Thanh est un bon raconteur d’histoires qui épouse les genres comme un caméléon et Jacques de Loustal, un sacré dessinateur-peintre... qui épouse les techniques en laissant une patte bien particulière.

 

 

 

Lisa Bienvenu

 

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 115

lili crochette Lili Crochette et Monsieur Mouche T1, le fléau du bord de l’eau

Auteur : Joris Chamblain ; illustrateur : Olivier Supiot - éditions de la gouttière- 2017

Elizabeth est la fille du gouverneur, elle a un colibri et fait tourner tout le monde en "barrique". Solange est sa nourrice, son père le gouverneur est bien trop occupé à vouloir chasser de ses mers Viggo Barbelongue, son ennemi juré, un pirate. Ce soir-là, Elizabeth est punie dans sa chambre, pour son insolence. Elle s’échappe, se cache... 

 

 

 

Lili est dessinée sur un baril de poudre sur la page titre : on sait donc à qui on va se frotter ! Page suivante, on est accueilli par un immense cri poussé sûrement par un adulte qui n’en peut plus, une fois de plus.

Une barque, une cabane en bois (lieu de la transformation foutraque), l’île, le bateau pirate, décor planté ! Et ensuite, tout s’enchaîne très vite… vivacité des mouvements, des couleurs, des lignes dans tous les sens, dans des cases droites quand même, c’est structuré, c’est facile à lire et suivre pour les enfants et c’est très dynamique.

C’est drôle et insolent : une série de gags avec des rebondissements attendus, ça marche, on est complice de ces aventures à la confiture, c’est pour les enfants et les parents qui rigolent !

Vive la suite !!

C’est signé les éditions de la gouttière !

 

 

 

Lisa Bienvenu

 

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 114

père et fils Père et fils, les saisons

Auteur : Marc Lizano ; illustrateur : Ulf K. - éditions de la gouttière- 2017

Un père et son fils font des spaghettis, le paquet tombe par terre... ils jouent aux mikados. Ce même papa est aussi capable de confisquer sa console de jeux ou une série de BD à son fils, en toute bonne foi, avec très certainement de bons arguments (on ne sait pas, la BD est sans paroles) pour pouvoir y jouer ou retrouver le plaisir de lire en cachette sous la couette avec la lampe de poche. Ce même père et ce même fils décident aussi de se déguiser en oiseau pour jouer au foot sur la pelouse interdite aux humains. Là, c’est ensemble qu’ils se font sermonner 

 

 

 

Du noir, rouge et blanc, entre 3 et 6 cases par page pour raconter un tout petit morceau du quotidien d’un père et son fils, qui fait ressortir un aspect de leur relation, très tendre et attentive l’un envers l’autre. Dans l’humour, la débrouille, la bêtise et les farces, la colère, la tristesse ou la nostalgie, mis bout à bout, à travers les saisons, c’est un magnifique portrait de la vie d’un père et son fils si sensibles tous les deux aux petites choses de la vie.

Père et fils, dont le titre original est Vater und Sohn, est une Bande dessinée sans paroles allemande, publiée entre 1934 et 1937 par Erich Ohser dans le Berliner Illustrite Zeitung. Illustrateur et caricaturiste, Erich Ohser est ouvertement opposé au parti nazi alors cette série a été publiée sous le nom e.o. Plauen. Une manière de résister, par le dessin... Père et fils, les saisons de Marc Lizano et Ulf K. est une création, en hommage à son créateur.

En dehors des goûts et des couleurs, je suis toujours stupéfaite et admirative de la capacité des scénaristes et dessinateurs/trices à pouvoir faire passer de manière aussi efficace et claire que tendre une petite histoire qui nous emmène souvent bien loin dans nos sentiments et émotions. Et d’une manière générale, les éditions de la Gouttière travaillent avec de nombreux artistes dans cette veine, on aura l’occasion d’y revenir, ça vaut le coup d’oeil

, c’est leur site.

 

 

Lisa Bienvenu

 

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 113

la maison en carton Evènement ! les 10 ans de La Maison est en carton !

 

Oui, vous avez cliqué sur le lien et êtes tombé sur J’ai 10 ans de Souchon (et Voulzy). Non, ce n’est pas une erreur. A 10 ans, on est un enfant et on a le monde à ses pieds, l’horizon est large, les fenêtres sur le monde infinies. 

 

 

 

Non, c’est beaucoup plus. Et beaucoup plus qu’une décoration murale dans laquelle on s’évade. En accrochant des illustrations sur les murs, on fait un trou dedans (oui, me direz-vous, il faut bien accrocher le tableau), c’est à dire qu’on accroche un autre monde, une bulle pour rêver et imaginer. Et ça ne n’est pas rien et surtout aujourd’hui ! De très grands noms de l’illustration travaillent pour cette maison d’édition qui propose pour le plus grand respect du public, enfants et adultes, des objets beaux et biens faits. Parce qu’on a tous un besoin essentiel de beau à côté de soi et à des prix parfaitement abordables.

Images de collection, affiches, grandimages, boîtes et portfolio, toises et coloriages et même des originaux. Des livres aussi, très particuliers, résultats de projets atypiques. Partie de "simples images de collections", La Maison est en carton a fait grandir ses propositions, au fil de discussions, de rencontres et d’envies, en gardant une ligne courbe et précise : la beauté, le rêve, l’enfance et le rappel de ces trois idéaux au monde adulte. En toute discrétion. 

 

Lisa Bienvenu

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 112

quand je serai vieux Quand je serai très très vieux

Auteurs : Olivier Ka et Carole Chaix ; illustratrice : Carole Chaix - éditions Notari - 2016

C’est l’histoire d’un enfant qui se prend pour un vieux. Pas n’importe lequel : le pire des vieux. Celui qui passe devant tout le monde aux files d’attentes, qui sent mauvais, qui refuse de manger, qui ne veut rien prêter... celui aussi qui prétend pouvoir démonter la Tour Eiffel, exposer ses œuvres au Musée, mélanger les arts, les formes musicales, celui qui fait des grimaces aux animaux sauvages et se sent conquérant du monde ! 

 

 

 

cet élan dans la vie, cette expression de la liberté ! Quand on est petit, on n’a pas encore tous ces verrous, ces codes que la société nous inculque. L’insouciance est reine.

Adulte, on les accepte, plus ou moins conscients et contraints. On se conforme. Quand on est vieux, on n’a plus rien à perdre... alors vaille que vaille, allons-y gaiement et vivons pleinement ! Pareil que quand on est petit, avec le souci bien conscient de l’irrévérence. On est combien de temps sur la planète ? A vouloir la fabriquer, la mouler à notre image ?

D’où viennent tous ces codes, ces principes ? Le texte d’Olivier Ka est un régal à lire à voix haute, plaisir du rythme et de dire ce qui ne se dit pas, c’est jubilatoire, presque expiatoire ! Plaisir du mot qui roule dans la bouche, une vraie gourmandise, comme quand on mange des chips, des cacahuètes ou un gâteau gras et sucré. C’est mauvais pour la santé et pour la planète, mais tellement bon pour le moral. On se déculpabilise alors avec un immense délice ! Plaisir de sentir le temps qui passe quand on tourne les pages et qu’on vieillit à vitesse grand V, pour se rendre compte que si on veut, on peut rester pareil et garder son sens de l’insolence pour être réveiller dans le monde.

Les images de Carole Chaix nous emmènent dans plusieurs dimensions, elles accompagnent et nourrissent les délires d’Olivier Ka au Musée, au cinéma ou sur une autre Planète. Comme sur une fusée, on est propulsé, vitesse grand V dans l’imaginaire où on peut tout se permettre parce que de toute façon ça reste dans la tête !

C’est écrit dans le livre, au tout début : les illustrations sont faites au stylo-bille, crayons de couleurs, aquarelle et encre sur papier. Le stylo-bille est nerveux, brouillon, appuyé, le crayon de couleur, l’aquarelle sont doux et apaisants. Voilà les sentiments qui se dégagent du livre. Au tout début du livre, on voit un enfant qui part à l’autre bout du salon, à la fin... non, je me tais ! On s’aperçoit simplement que les objets du quotidien peuvent donner accès à un autre univers, dans une autre galaxie, aux confins de l’infini. C’est important les histoires qui lient les vieux et les enfants, très important. Ce livre vient à point !, 

 

Lisa Bienvenu

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 111

la maison La maison

J. Patrick Lewis, Roberto Innocenti, Gallimard

 

Sur le linteau de la porte, une date gravée : 1656. L’année de la construction. Une année de peste. La Maison est bâtie de pierre et de bois. Au fil du temps, ses fenêtres se sont mises à voir et son toît à entendre. Elle a vu des feuilles grandir, des arbres tomber, entendu des rires et le son du canon.

 

 

  ...des deuils et enfin l’abandon. Puis un jour, à nouveau, des enfants se sont aventurés dans son ombre, à la recherche de champignons et de châtaignes et une vie nouvelle lui a été donnée à l’aube d’un âge moderne. Vue de sa vieille colline, ceci est son histoire du XXe siècle. Magistralement illustré par Roberto Innocenti, un très beau texte à lire, regarder et explorer en famille..

note de l'éditeur

 

  

crocodile Profession crocodile

Giovanna Zoboli et Marichiara Di Giorgio, les fourmis rouges

Un album sans texte, malicieux et envoûtant, qui nous invite à suivre le quotidien d’un crocodile professionnel… Au petit jour, après une nuit peuplée de rêves tropicaux, un crocodile se réveille dans son lit.

 

 

le crocodile sort de son appartement et file rejoindre la foule d’humains qui s’active dans la rue. Dans le métro, il se fait une petite place et lit le journal. En sortant, il achète un joli bouquet de fleurs ainsi qu’un poulet rôti, et se dépêche, pour arriver à l’heure à son travail. Devant l’entrée, notre ami crocodile jette le bouquet de fleur à la gardienne et file aux vestiaires.

Le crocodile revêt sa tenue de travail… (c’est a dire se déshabille intégralement) et entre dans son enclos, prêt à entamer sa journée de labeur au zoo. Profession crocodile ! Sans texte,

cet album au format à l’italienne nous embarque immédiatement. Les scènes du quotidien, tendrement croquées à l’encre, se suivent. De multiples détails charmants sont à observer, à commencer par les autres animaux sauvages qui se cachent dans le décor citadin. Ce mélange étonnant d’humains et d’animaux réunis dans un quotidien d’une grande banalité en fait une album décalé, plein d’humour et poésie.

 

 Lisa Bienvenu

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 110

je suis Je suis

Auteur Allegra Agliardi: 

Note de l'éditeur : "Je suis raconte l’histoire de la vie sur terre, de l’apparition de la première forme de vie unicellulaire à l’homme, en passant par le poisson dans l’eau, qui deviendra mammifère sur la terre… Entièrement imprimé sur rhodoïd, ce petit livre illustre l’évolution de manière très simple, mais saisissante du fait de la superposition des images par transparence."

 

 

 

 

 

 

Lisa Bienvenu

 

 

 

les ogres Les ogres

Auteur : Jean Gourounas - Editions du Rouergue

Un lire tout-carton pour les petits dans lequel un personnage monstrueux poursuit des personnages dans les pièces d’une maison. Il s’agit d’un ogre, ou d’un père de famille (seule la fin de l’histoire nous le dira !), qui se montre très joueur avec ses enfants jusqu’à ce qu’il se fasse mordre par un de ses rejetons. Le livre est jalonné de découpes qui permettent de jouer sur l’animation, l’avant-l’après, le double sens de lecture et se prêtent aussi facilement au jeu de cache-cache. Par l’auteur de Grosse Légume, Jean Gourounas - près de 25.000 ex vendus.

 

 

Lisa Bienvenu

 

 

 

 

elle est bonne Elle est bonne ?

Auteur : Jean Gourounas - L'atelier du poisson soluble

Baignade sur la banquise. Mmmmm… comme elle est bonne !

 

 

.

 

Lisa Bienvenu

 

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 109

ma mère Ma mère

Auteurs : Stéphane Servant et Emmanuelle Houdart ; illustrations : Emmanuelle Houdart

 

Attention, ouh la la...!

Ce livre s’adresse à notre part d’intime la plus secrète... celle qui lie l’enfant et la mère.

Le dessin très charnel d’Emmanuelle Houdart va donc à merveille à cette histoire. Une histoire de naissance et d’envol, de peurs nécessaires pour grandir, de doutes perpétuels, de temps qui passe, avec une seule certitude, une seule, fondatrice, essentielle... l’amour... d’une mère pour sa fille d’une fille pour sa mère. C’est l’encrage précis que prend le texte de Stéphane Servant, mais il se ressent de manière universelle... Voilà !

 

 

ma planète Ma planète

Auteure : Emmanuelle Houdart ; édition Les fourmis rouges - 2016

 

Un petit garçon arrive sur terre : vient-il de naître, vient-il d’une autre planète ? Est-ce que ce petit garçon s’invente un univers, une histoire ? Ou bien il revisite sa vraie vie, avec le filtre de l’imagination... pour "simplement" se dire qu’il ne la changerait "pour rien au monde"...

C’est peut-être juste de ça dont on a besoin ? De réinventer son monde pour le voir autrement ? C’est tout un monde que l’on découvre dans cet album ! Celui d’un enfant qui le (re)découvre justement ! Avec un regard amusé, parfois agacé.

Un œil neuf, gentiment critique, juste et tendre. Une histoire d’adoption, d’acclimatation de l’un à l’autre, c’est d’ailleurs souvent le cas des livres d’Emmanuelle Houdart, qu’elle illustre un texte ou qu’elle soit l’auteur du texte et des images : elle raconte la rencontre, l’observation, le besoin de l’autre, la défiance et la confiance, la peur de se perdre en chemin pour mieux se (re)trouver.

Le style de dessins d’Emmanuelle Houdart est reconnaissable et il ne laisse pas indifférent. Ses couleurs sont très vives, elle mélange de drôles d’éléments entre eux, créant des images étranges et touchantes, effrayantes et amusantes. Et il y a toujours, je dis bien, toujours, un détail insolite qui vous fera rire et déclenchera une autre histoire que celle qui est la plus visiblement racontée ! Sans être angélique, ce livre est profondément optimiste.

  

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 108

coeur de bois Coeur de bois

Auteurs : Henri Meunier et Régis Lejonc ; illustrateur : Régis Lejonc

Un petit garçon de 8 ans 1/2, en regardant juste la couverture, sans que l’histoire ne lui soit lue, a dit : "On dirait un cœur qui va dans la forêt". J’aime bien faire confiance à la première impression, surtout à celle des enfants. œur de bois est l’histoire d’Aurore, une femme d’une quarantaine d’année, qui aime prendre soin d’elle, quoi qu’elle fasse. C’est un matin comme beaucoup d’autres, sauf que celui-ci nous est raconté. 

 

 

Tout est précis et choisi, rien n’est laissé au hasard, même si, dans la lecture, on a le sentiment d’une improvisation musicale.

C’est difficile et envoûtant, quand on aime ce style, on est toujours empreint d’un sacré sentiment de familiarité et d’étrangeté en même temps. - La familiarité par certaines références culturelles, par exemple le conte : Blanche-Neige, la Belle au Bois dormant... Une familiarité avec des références au quotidien d’une femme d’une quarantaine d’année qui écoute vaguement la radio en pensant à ses enfants. Familiarité de certains mots et tournures de phrases. - L’étrangeté avec d’autres références littéraires plus obscures (on les sent sans les connaître), d’autres mots ou tournures de phrases qui semblent sortir d’un vieux livre et que l’on prend plaisir à dire, juste pour la musique.

Du mélange des deux, c’est une drôle d’impression que crée le texte : le style littéraire d’Henri Meunier qui heurte, séduit, trouble et enchante tout à la fois, comme Aurore, son personnage qui échappe à toutes les conventions, malgré certaines apparences. Les images de Régis Lejonc sont pleines et évidentes, avec ces détails qui viennent accrocher le regard tout autant qu’il glisse dessus : détails dans le dessin, les couleurs, la mise en page. Pour répondre au texte d’Henri Meunier, on sent aussi une certaine familiarité doublée d’étrangeté. - la familiarité, en référence à des "personnages" féminins issus de la culture populaire, presque évidents : dans le conte, Le petit Chaperon rouge... la Reine de Blanche-Neige (le regard de celle de Walt Disney dans le miroir), peut-être un peu d’Alice au pays des merveilles, avec le thé, les tasses, le gâteau, Et puis, cette femme blonde au béret peut rappeler Faye Dunaway, dans Bonnie and Clyde chef d’oeuvre d’Arthur Penn ou Brigitte Bardot... et alors nous vient la chanson de Gainsbourg et tout son univers artistique qui se déroule... [1] - l’étrangeté c’est le mélange de ces références classiques et modernes, populaires et sûrement très savantes, on les sent, on les devine, sans les connaître. Elles fonctionnent comme une ambiance qui donnerait du sens à l’histoire. Il y a un éminent personnage dans ce conte, qui est déchu de sa fonction première.

C’est effrayant, car si on ne peut plus compter sur les contes pour nous nourrir, avec quoi allons-nous grandir ? C’est rassurant, car tout est tellement impossible dans cette histoire qu’on reste nécessairement dans le merveilleux. Il se dégage de ce livre une immense délicatesse et beaucoup d’humilité au service d’une histoire qui a l’air très banale dans un univers étrange et beau, où parfois on ne peut s’empêcher de trembler et de sourire devant ces "petits détails incongrus qui changent tout". Et puis, j’ai le sentiment qu’avec ce livre, les deux auteurs inversent la logique habituelle de l’album illustré : on parle souvent de livres pour enfants qui s’adressent aussi aux grands, là, je crois que c’est le contraire et que tout repose sur un sentiment fort et complice. "Madame j’vous jure", c’est splendide ! "Ne jurez-pas... je vous en prie, ne jurez-pas !" Et ben si, quand même !

 

Lisa Bienvenu

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 107

les livres Les livres

Auteur : Christos ; illustrateur : Lili Chemin

Vladimir va à la bibliothèque pour la toute première fois avec sa maman : il commence par se balader dans les couloirs pour s’approprier les lieux, pleins de belles promesses. Il est déçu et ne comprend pas l’intérêt du lieu et des livres. Une petite copine le rejoint, c’est plus drôle, ensemble, ils jouent, fabriquent des maisons, des voitures, des monstres... !. 

 

 

Dans le monde des livres, il y a des codes, impressionnants et intimidants. D’autant plus qu’ils sont très souvent sous-entendus, pas clairs, pas expliqués. Parce que comprenez-vous, entre nous, on sait tous comment se comporter avec le livre. Et c’est précisément ce comportement qui crée une forme de honte quand on ne sait pas, on n’ose pas demander... plus du tout quand on vieillit et on finit par se sentir à part et tourner le dos aux livres, à la littérature...

Ce livre-là raconte l’histoire de l’appropriation du livre et de son lieu par excellence, la bibliothèque, par un chaton qui se promène, joue avec l’objet, finit par l’accepter pleinement et se laisse aller. Le choix du chaton Vladimir est malin : les chats sont mystérieux et fascinants, en même temps que calmes et rassurants, ils s’échappent, se méfient, se laissent difficilement approcher. Il faut de la patience et être joueur. Du jeu, de la patience, de la coquinerie, du changement et de la constance, de la surprise, rien n’est jamais gagné 

Dans ce livre peu d’éléments correspondent à-priori à l’idée que l’on se fait d’un album pour enfant fantaisiste : le livre est noir, le papier un peu glacé, les dessins graphiques et austères... et pourtant, ce livre est plein de douces gourmandises...

 

Lisa Bienvenu

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 106

la leçon La leçon

Michaël Escoffier et Kris Di Giacomo - Illustrateur : Kris Di Giacomo - 2017

 

C’est l’histoire d’un homme qui vit dans la forêt. On ne sait pas s’il vit seul, s’il a des enfants. On sait qu’il a des poules et qu’il y tient. Alors quand, une fois de plus, la bête lui en mange trois, il est en colère et sort son fusil. S’ensuit alors une étrange discussion avec les animaux de la forêt et... le loup !

 

 

 

...qu’ils maîtrisent avec malice le double langage, le second degré. C’est pour mieux titiller ton esprit, mon enfant. Jusque là, dans leurs livres, leurs techniques faisaient ressortir l’humour de certaines situations des histoires qu’ils racontaient. Des blagues pour les enfants, d’autres (parfois gentiment horribles) pour les adultes. J’ai l’impression que là, peut-être pour la première fois, ils mettent leur savoir-faire au service d’une histoire un peu plus grave qui turlupine un sacré bon moment.

Et oui, qu’est-ce qu’on ferait nous, à la place de l’homme ? A la place de la bête ?

Les couleurs du livre sont sombres, au service d’une histoire trouble : gris et noir dominent. Le orange est parfois lumineux, d’autres fois, il représente le sang. Le loup est parfois effrayant, parfois rassurant... on peut même avoir le sentiment qu’il louche sur une image. Oui, certaines images, sans aucun doute, arrachent un franc sourire : la trombine de la belette et l’attitude que l’on devine ahurie de l’homme, ensuite on tremble... Et puis, on sursaute et on distingue aussi sur la dernière double-page... non, rien...

C’est une nouvelle collection aux éditions Frimousse :

Je cite :

La question (l’Album philo)

Au fil des mots, la Question apparaît, la discussion peut commencer !

Une grande discussion, sans fin, qui ne mettra jamais tout le monde d’accord, ce n’est pas le but, mais qui va pousser chacun et chacune d’entre nous à s’interroger sur le fond en essayant de trouver des éléments de réponses dans la forme du livre.

Je crois même qu’on peut ne pas être d’accord sur "la" question que pose le livre...il en pose au moins plusieurs, évidemment ! "S’il n’y a pas de solution c’est qu’il n’y a pas de problème." Jacques Rouxel, les Shadoks

 

Lisa Bienvenu

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

</di</div

Plumes de brigands 105

tout comme Tout comme

Henri Meunier éditions du Rouergue - 2017

 

Une cour bienveillante se presse autour d'un nouveau-né, chacun s'évertue à lui trouver des ressemblances et autres airs familiers. Le livre «Tout comme» s'amuse de ces premiers échanges entre le nouveau-né et son environnement, constitué ici de personnages empruntés aux classiques de la littérature de jeunesse.

 

 

Lisa Bienvenu

 

  

le petit pourit Le petit pou rit

Mathis (texte)- Aurore Petit (illustrations) - 2016

 

Dans deux petits albums au format presque carré, Mathis et Aurore Petit mettent en scène un petit pou intrépide et fort vif… On suit ses pérégrinations, et les tout-petits peuvent se délecter de la répétition des jeux de mots. L’air de rien, chaque image a une double lecture, et ce n’est qu’à la fin de l’album qu’est dévoilée la réalité… Après Les aventures de Dolorès Wilson, le duo Aurore Petit et Mathis s’attaque aux plus petits. Ces histoires à l’humour diablement efficace, illustrées avec force couleurs et jeux de graphisme, feront jubiler les lecteurs, petits ou grands. Sur le chemin, le petit pou rit. Sur le gâteau, le petit pou rit. Sur l’oeuf, le petit pou rit. Sur le papillon, le petit pou rit… Et quand il a finit de rire, que fait-il ?

  

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 104

le président du monde Le président du monde

Germano Zullo et Albertine - éditions La joie de lire -2016-

 

C’est l’histoire du Président du monde pour qui tout va très bien alors que tout va très mal. Les téléphones du monde entier sonnent en même temps pour témoigner de situations alarmantes. Les dossiers s’empilent sur son bureau. Mais, heureusement, les conseillers sont là : chacun a bien étudié la situation pour mieux prendre la place du Président. Chacun maîtrise brillamment la langue de bois. Pendant toute cette agitation de surface, dans les profondeurs d’un joli lac de montagne, on voit un bloup-bloup, de douces petites bulles qui font surface, gentiment et innocemment.

 

 

 

Mais, Maman est là.... alors tout va très bien (Madame la Marquise, tout va très bien, tout va très bien !). Avez-vous déjà croisé un immense monstre, plus grand que des immeubles, qui râle très fort, a une démarche raide et lourde sur ses pattes arrière et avance bruyamment, les pattes avant tendues ? Oui, je vous décris là une figure archétypale, une figure qu’on identifie tous parfaitement. Plus concrètement celle-ci est récente, elle appartient dans nos têtes aux Comics américains (j’en ai croisé un dans un Spiderman) et aux films de série B, qui sont parfois de merveilleux nanars. Ce monstre-là, récent, que l’on connaît sort forcément de quelque part. Des dessinateurs, japonais je crois, ont crée une figure de monstre allègrement reprise par des dessinateurs occidentaux, qui en ont fait une star.

Aujourd’hui, ce monstre star se retrouve dans un album de Germano Zullo et Albertine et le mélange des imaginaires crée dans nos têtes un décalage hilarant. Un mélange explosif qui nous fait ressentir drôlerie et désespoir. Alors ça interpelle beaucoup. Les textes sont délicieusement légers et très ironiques, ironie renforcée par la présence du gros monstre qui signifie pour nous "la destruction totale d’une ville ou la fin du monde". Les illustrations ont des couleurs vives et enjouées, le trait est sûr et tremblant en même temps. On sent toute la fraîcheur de la montagne. Le contraste est total : le danger arrive à très grand pas, dans un paysage digne d’Heidi. Les personnages regardent tous en l’air ou de côté : si on ne regarde pas, c’est qu’il ne se passe rien, hein, c’est bien ça !

Étonnant !

 

Lisa Bienvenu

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

</di

Plumes de brigands 103

la danse de la mer La danse de la mer

Laëticia Devernay- éditions La joie de lire -2016-

 

C’est l’histoire de la mer, accueillante, paisible, partageuse et généreuse, joueuse aussi ! Elle nourrit l’Homme. L’Homme se sert et de plus en plus. Alors elle commence par le taquiner presque gentiment, à faire gonfler ses vagues un peu plus haut pour que l’Homme la respecte davantage. N’entendant rien d’autre que son estomac, son besoin de se remplir éperdument, il continue, évidemment, jusqu’à épuisement des ressources de la mer. Alors elle gronde et tempête, elle fait danser et tournoyer l’Homme et finit par l’engloutir, pour mieux le faire renaître de ses eaux.

 

 

 

Cet album est complètement "silencieux" verbalement : pas un mot, pas une onomatopée, rien, pas de signe "lisible" au sens le plus commun du terme. Et pourtant, tout, de sa présentation, à la matière, en passant par les traits et les couleurs, les mouvements... nous raconte mille et une histoires et soulève de très fortes émotions bien parlantes !

Il faut d’abord sortir le livre d’un coffret, il est orné de délicates petites dentelles en forme de poissons ou de feuilles. Il est tactile : tout semble fait aux papiers découpés finement assemblés, comme par magie. On a le sentiment d’une histoire à la fois aérienne et terrienne, au service d’une histoire de mer. Cet album est aussi fait de lignes qui rappellent des partitions musicales. Loin d’être droites, ces lignes sont en mouvement perpétuel, fluide, avec parfois de très fortes ruptures visuelles. Les formes remplies de couleurs sur une page et évidées sur l’autre page disent aussi le mouvement : le plein, le vide, le manque.

Les danseuses / mer de ce livre sont absolument somptueuses tout en étant redoutables. Dans cet album sans un mot, les images mettent en scène le corps en mouvement et en musique pour nous délivrer une parole universelle

C’est beau et précieux, on a envie de s’arrêter et de faire attention.

 

Lisa Bienvenu

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 102

voyage en mer Un voyage en mer

Gérard lo Monaco- éditions Hélium

 

Plongée en mer ! Sans palme, ni tuba, pas besoin de bouteilles d’oxygène, pas non plus la peine de rester en apnée (les essais dans la baignoire sont suffisants pour s’entraîner), oubliez le mal de mer

 

 

 

Dans ce voyage en mer, trois matelots un peu particuliers nous embarquent avec eux dans de véritables bateaux de légende. On vogue avec eux de tableaux en tableaux, chaque page est construite comme une peinture animée : les bateaux sortent du livre, comme ils flottent sur l’eau. On découvre avec des yeux ébahis, la précision de l’ingénierie papier pour fabriquer ces tout-petits navires. Et on mesure alors le travail de titan que cela doit être de fabriquer des bateaux destinés à des fins si différentes.

Les textes qui accompagnent chaque scène en volume sont un peu énigmatiques, comme les "choses" de la mer et on imagine sans peine un marin les déclamer très fort à la face du vent.

C’est un livre qui donne véritablement envie de s’échapper en mer, de s’intéresser à la construction des bateaux et à leur importance dans l’Histoire du Monde ! La découverte des contrées du monde s’est faite par la mer. Aujourd’hui, la plupart de nos biens matériels, de nos échanges se font aussi par la mer. Et puis les grands récits qui fondent nos civilisations ne se sont-ils pas déroulés en grande partie en mer ? L’Enéide, de Virgile, L’Illiade et L’Odyssée, attribués à Homère. C’est peut-être pour ça qu’on est plus ou moins consciemment fascinés par ces histoires de mer

pajot Ce livre est aussi un hommage au peintre marin pêcheur Paul-Emile Pajot (1873-1929) Voici une de ces peintures.

 

Lisa Bienvenu

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 101

marguerite Le noël de Marguerite

India Desjardins et Pascal Blanchet - éditions de la pastèque

 

C’est l’histoire d’une vieille dame qui est toujours seule à Noël, c’est comme ça, elle a choisi. Elle ne veut déranger personne et aime bien être tranquille, dans ses souvenirs. Elle est seule dans sa grande maison, elle ne sort pas car le monde vient à elle. Elle s’assoit dans son canapé, devant sa télévision. Elle s’assoit dans son fauteuil à côté du téléphone. Elle aime être en pantoufle, sous son toit

 

 

 

Et puis une nuit, elle met les pieds dehors. Elle a juste enfilé sa robe de chambre et des bottes de neige...

C’est le silence le plus absolu qui règne dans cet album. Parce que cette histoire se passe dans une maison isolée, au milieu de la neige. Parce qu’elle met en scène une vieille dame seule qui ne sort pas. Parce que sur la couverture, on voit cette petite mamie, avec ses lunettes au bout du nez tenir dans sa main une représentation de sa maison, dans une boule à neige. A l’image de l’histoire : elle vit bien abritée, mais un jour, elle va regarder d’un peu plus loin son toit qui fait plus que la protéger.

Parce que les illustrations à la fois précises et floues de Pascal Blanchet sont une projection dans un passé fantasmé et qu’on a le sentiment qu’en frottant les pages embuées du livre, on va découvrir des petites scènes. Le texte raconte beaucoup, trop à mon goût, ce qu’il dit est prétexte et finalement, on se dit que la véritable histoire commence après le livre.

 

Lisa Bienvenu

 

 

Podcast de l'émission :

Télécharger

Plumes de brigands 100ème

visuel soirée pyjama  Histoires illustrées racontées aux adultes...

...A l'occasion de la 100ème chronique de littérature jeunesse "Plumes de brigands", rendez-vous animé par Lisa Bienvenu sur notre antenne.

A cet évènement organisé en public s'est associé la médiathèque "La Halle Jean Gattegno" à Pont en Royans qui fut, le temps d'une soirée, le théâtre de cet anniversaire. C'est dans une ambiance intimiste et chaleureuse que ce 6 janvier 2016 se sont succédés des lectures d'ouvrages jeunesse à plusieurs voix.

Ainsi, autour de Lisa, prenait place Marie, bibliothécaire, ainsi que Xaviera, de l'association "D'une histoire à l'autre".

Télécharger
 
 

Nos partenaires financiers

Sud-GrésivaudanRhone-AlpesPays de Saint-MarcellinParc naturel du VercorsDromeCrancraConseil Général de l'Isèrecc pays du royanscc Bourne Isère